W
NW
N
N
NE
W
the Degree Confluence Project
E
SW
S
S
SE
E

Togo

7.8 km (4.8 miles) SW of Koudogouti, Plateaux, Togo
Approx. altitude: 156 m (511 ft)
([?] maps: Google MapQuest Multimap world confnav)
Antipode: 7°S 179°W

Accuracy: 4 m (13 ft)
Click on any of the images for the full-sized picture.

#2: View North #3: View East #4: View South #5: View West #6: Adri, Adjoli, the guide & Nikolaus #7: Yves leads across a creek #8: Discussion with villagers #9: Easy walk #10: Crossing a village

  { Main | Search | Countries | Information | Member Page | Random }

  7°N 1°E (visit #1)  

#1: General view

(visited by Nikolaus Bieger, Adjoli Yawo, Adri Logossu and Yves Bako)

English version

Français

09-Jun-2006 -- Introduction

Le monde de la technologie offre aux passionnés des outils de plus en plus performants et tout autant amusants pour aller à l'aventure. L'exploration des coins les plus reculés et quasi inaccessibles devient réalité et se concrétise de plus en plus. Une exploration qui a été pénible pour les premiers explorateurs qui ont découvert l'Afrique, l'Amérique, etc. Au-delà de l'exploration, une autre exploration est née. Une exploration qui a désormais pour synonyme aventure ludique et passion. Cette exploration assistée par les moyens les plus modernes mais à la découverte de points virtuels est également une conquête. Conquête de l'inconnu, conquête de l'incertain. Cette conquête de l'incertain est le hobby de Nikolaus Bieger qui a ajouté à ses précédents points le point 7N 1E au Togo.

Brève présentation du Togo

Le Togo est un petit pays de l'Afrique de l'Ouest qui couvre une superficie de 56.600 km². Il est limité au Nord par le Burkina, au sud par le Golfe de Guinée, à l'Est par le Bénin et à l'Ouest par le Ghana. Administrativement, il est subdivisé en cinq régions économiques. Ce sont du sud au nord les régions Maritime, des Plateaux, Centrale, de la Kara et des Savanes.

La végétation du Togo a comme dominance des savanes arborées et arbustives. La végétation herbacée très fournie et verdoyante en saison pluvieuse est régulièrement soumise aux feux de brousse en saison sèche.

Le Togo compte aujourd'hui plus de 4 millions d'habitants composés d'une trentaine d'ethnies dont les principales sont les Kabyè et les Kotocoli au Nord, les Ewé et les Mina au Sud. La population est inégalement répartie sur l'étendue du territoire. Les populations des zones surpeuplées émigrent vers les zones faiblement et moyennement peuplées (Région centrale et des Plateaux) à la recherche de meilleures conditions de vie (terres agricoles).

Le Togo est un pays essentiellement agricole. Les systèmes d'exploitation sont pour la plupart de type traditionnel. Ils sont caractérisés par des cultures extensives sur brûlis avec la pratique de jachère naturelle de régénération des terres.

Les systèmes d'élevage sont aussi de type traditionnel et sont dominés par des élevages familiaux de petits ruminants, de porcins et de volailles. L'élevage est plus prospère dans les régions septentrionales (Savanes et Kara) où l'on rencontre plus de troupeaux de bovins.

Au départ de l'aventure

Il a suffi de peu de mots pour que Niko puisse convaincre ses amis togolais d'aller à la découverte du point 7N 1E. La curiosité a été le principal mobile de cette conquête. Comment procédera-t-on ? Où mène ce point ? Tant d'interrogations qui attisent cette curiosité et conduisent les amis à s'embarquer avec Niko.

Rappelons que cette conquête du point a été réalisée après la mission effectuée par Niko pour FLO auprès des producteurs de l'AVEC/GIE qui a adhéré aux principes du commerce équitable et tente de conquérir le marché équitable européen. C'est ainsi que le chauffeur de l'AVE (structure d'appui aux producteurs) Adjoli Yawo, Adri Logossu (le président de l'AVEC/GIE), et Yves Bako (Chargé de Programme Formation Commerce équitable et Agriculture Biologique auprès des producteurs et productrices de l'AVEC/GIE) ont pris le départ de l'Espace Kadoma à 7h00.

Le parcours tortueux

Le tronçon facile

A bord d'une Peugeot bâchée pilotée par le chauffeur Yawo, le convoi mit le cap sur le village le plus proche, celui d'Agou. L'indication que donnait le GPS permettait de continuer la route. Le lieu étant inconnu de nous tous, nous n'avions pour repère que la cartographie disponible sur Internet et le GPS apportés par Niko.

Arrivés au village d'Agou, le GPS indiqua de tourner à droite. Nous abandonnons la route bitumée pour une route non bitumée. Nous traversâmes les villages d'Agou-Yiboé, Zionou, Kati, Djetekpo, Makaré, Agbavé. La route était un peu crevassée à cause des dernières pluies qui l'ont mouillée et le passage des véhicules qui a vite fait de creuser davantage les petits trous déjà visibles en saison sèche. La route allait droit devant nous. Le GPS nous encourageait à continuer. Droit devant. Qu'est-ce qu'il ne faut pas pour être persévérant ? Les difficultés ne manqueraient pas. Mais tant qu'elles tardent à venir, autant poursuivre sur le rythme initial pour épargner de l'énergie pour les moments pénibles. La course contre la montre dans la conquête de l'inconnu s'est poursuivie jusqu'au village de Makaré où la première difficulté nous a surpris. Le radiateur a chauffé et perdait de l'eau.

Les difficultés

Le véhicule nous a lâché par deux fois. Deux crevaisons enregistrées : une première à l'aller et la seconde au retour. Au village d'Agbavé, le GPS marquait une dizaine de kilomètres du lieu inconnu. Le premier sentier carrossable nous conduisit à une retenue d'eau. Après la retenue, il n'y avait q'un layon. C'est là que nous avons perdu une première roue. La roue avant gauche se dégonfla toute seule. Avec dextérité, le chauffeur nous sortit de l'embarras.

La seconde crevaison nous surpris au retour à 20 minutes du village de Kati alors même que nous avons fait un arrêt de quarante-cinq minutes pour réparer le pneu crevé à l'aller. Une fois encore, le chauffeur changea de pneu et nous conduisit lentement jusqu'au village d'Agou-Gare pour une solution.

Le chemin de l'inconnu nous fit tourner plusieurs sur des pistes jusqu'au village d'Agodéké. Les villageois étaient curieux de savoir ce que nous cherchions tant et de si précieux que nous n'arrivons pas nous-mêmes à le dire ou à l'expliquer. Les langues n'ont pas voulu se délier pour nous indiquer un chemin quelconque. Ils ont supposé que nous soyons des terroristes et ont eu peur. Cette supposition est liée au contexte sociopolitique trouble du pays et des pays voisins. Le GPS qui indique une destination précise a perturbé la tranquillité des villageois d'Agodéké et il nous fallait trouver une raison à notre présence et à notre quête. Nous avons alors eu recours à un artifice. Le prétexte est que nous sommes envoyés par la Direction du cadastre. Nous sommes chargés de revoir le tracé des pistes et de les communiquer au Plan pour la réhabilitation des pistes et routes. C'est seulement à cette justification que nous avons eu droit à l'attention des villageois.

Deux personnes nous guidèrent jusqu'à un ruisseau non loin du village. Au ruisseau, l'un des guides nous abandonna après nous avoir souhaité bon courage. L'autre continua avec nous et devint notre guide. Son nom est Adeglo Komlanvi. C'est grâce à lui que le trajet du retour fut moins long que le trajet de l'aller.

Les passages pénibles

Si on peut l'appeler ainsi, nos moments de perdition ont été nombreux. Il nous est arrivé en voulant suivre uniquement le GPS de nous retrouver sur des voies sans issue. Des impasses en pleine brousse. Nous nous sommes tracés des layons souvent avec nos mains et nos pieds pour pouvoir marquer notre passage. Sans perdre espoir, le parcours a été plus encore difficile lorsque nous étions à environ cinq cent mètres du point. Aucune trace humaine si ce n'est les champs et les arbres qui s'étalent à perte de vue. Nous avons emprunté un passage au travers des champs qui nous amena à un ruisseau. Derrière ce ruisseau, on ne voyait que des branches d'arbres entrelacées et bloquant le passage. Le message était clair : on ne peut traverser. Nous avons longé le cours d'eau pour découvrir un sentier sinueux qui a eu pour aboutissement un grand rônier dont une eau stagnante a enlevé les racines et dans l'attente de tomber.

La quête finale

Le point 7N 1E fut conquis à 10h40 temps universel après deux heures douze minutes de marche sur 8,6 km bien que le GPS indiquait 2,8 km à vol d'oiseau. Le soleil étant un peu clément. Nous sommes au 9 juin 2006. Il est situé à 169 m d'altitude comme l'indique le GPS.

Le point désormais baptisé Bieger du nom de Nikolaus, est perdu dans une forêt classée dans le village de Yokou. Espace protégé par la Direction de l'Environnement sous la supervision des Services des Eaux et Forêts. Le lieu dit Bieger est l'exploitation de monsieur Dakpo Amego, cultivateur et propriétaire de l'aire protégée. Nous avons obtenu ces informations de notre guide rencontré au village d'Agodéké, lui-même originaire du village.

Conclusion

A la différence des autres conquêtes dont on connaît l'issue, celle ne laisse présager de rien sauf que l'on arrivera à un endroit et pour seul guide le GPS. La satisfaction qu'on en tire est immense et indicible. Indicible parce qu'on ne peut la partager réellement avec autrui. C'est tout simplement reculer les limites de la nature que de chercher à aller à la découverte d'un point virtuel.

(écrit par Yves Bako)

English (short) version

09-Jun-2006 -- It was easy to persuade my friends to visit this Confluence. Hampered by some technical problems with our vehicle we reached the village Agodéké, which was nearer than 3 km from the point. From there we had to walk.

The village people we asked to help us to find the right path were suspicious. To gain they support we considered it more feasible to tell them that we worked for the land register rather than to explain the abstract idea of the Degree Confluence Project.

However, we found a guide and proudly reached 7N 1E.


 All pictures
#1: General view
#2: View North
#3: View East
#4: View South
#5: View West
#6: Adri, Adjoli, the guide & Nikolaus
#7: Yves leads across a creek
#8: Discussion with villagers
#9: Easy walk
#10: Crossing a village
ALL: All pictures on one page (broadband access recommended)